vendredi 14 juillet 2017

A corps et à cris

Il était grand temps que je me remette à taquiner le clavier de mon ordinateur.
2017 est bien entamé et le manque de temps, d'inspiration n'a que trop duré. Je profite des vacances pour régulariser mes vœux et le tintouin habituel (oui, nous sommes le 14 juillet, et alors).


D'ailleurs, lorsqu'on part en vacances d'été, on se fait souvent beau, car c'est LE moment de se mettre en maillot.
Mais... qu'est-ce que la beauté ?

Vous allez me dire oulàààààààààà on est partit dans de la philosophie ou je ne sais quoi, non non non. Il y a un moment déjà que je me questionne sur l’idéal de beauté. De plus en tant que femme amputée, la question du rapport au corps est assez importante dans mon cheminement.
D'abord, car je suis une femme, et que les femmes sont jugées sur leur aspect physique depuis très longtemps. Depuis leur enfance, mais aussi depuis les premières représentations artistiques (tableaux, sculptures...) où le corps féminin était adulé de façon très particulière.
Au fil des époques, la peau laiteuse et les formes rondes voire "grasouillette" ont laissé place au corps maigre, "brindille" et puis il y eu les super-musclées...

Bref. Autant de modes que de décennies, de publicités et d'icônes. Malgré
notre volonté d'échapper à ce type de modèle, les images des femmes idéales (et désormais un peu plus celles des hommes idéaux), s'incrustent dans notre inconscient à force de les voir partout. Dans les publicités, les magasines ect...

Là où j'estime qu'il y a problème, c'est que ces modèles ne sont que très rarement des personnes non-blanches, non-minces (voire anorexiques) et surtout non-retouchées (virtuellement ou au moyen de chirurgies volontaires, d'hormones...).
Là où j'estime qu'il y a problème, c'est que l'on a besoin de se sentir beau, bien dans sa peau pour être heureux.

"Aujourd'hui, 30 à 40 000 personnes souffrent d'anorexie en France"

Des chiffres qui ne prennent pas en compte toutes les personnes ayant souffert de troubles alimentaires, encore une fois, majoritairement de genre féminin.

J'ai énormément perdu de poids après avoir survécu à la méningite. Je me souviendrai toujours de cette première marche avec des prothèses dont les tubes au bout des emboîtures n'étaient pas recouverts d’esthétiques*.
Je me suis levée fragilement, accrochée aux bras de mes deux kinés de part et d'autre de moi.
FACE AU MIROIR
Une longue inspiration s'est échappée de ma bouche : j'étais un fil de fer.
Les cheveux attachés, la peau sur les os et des jambes qui n'en finissaient pas (alors que raccourcies !) de maigreur, pourtant si difficiles à bouger. Je me suis fait peur.

Cette dernière semaine de soldes, j'ai réussi après des heures de maudits essayages, à trouver un pantalon jean. Je suis rentrée dans du 36. C'était la première fois de ma vie. ET LA JE ME SUIS DIT : IL FAUT VRAIMENT QUE JE REPRENNE LA COURSE. Parce-que la minceur n'est pas forcément signe de bien être.

Mon corps a changé, bien sur, je ne suis plus la handballeuse de 65 kilos qui faisait des séances de musculation et courrait tous les jours. J'ai repris du poil de la bête mais je suis toujours très mince à coté de mon ancienne silhouette. Et puis comme tout le monde je vieillis !

Portrait par Victoria Audouard
Tous droits réservés

"Toi tu es handicapée mais ça va, parce-que t'es belle"
Combien de fois ais-je entendu ou sous-entendu cette phrase ?
Ça veut dire quoi, que ma "soit-disante beauté" m'excuse de mon handicap ?
ET SURTOUT Belle pour qui ? Belle pour quoi ? C'est quoi être belle ?
S'il est bien une chose que la méningite m'a appris, c'est que la matérialité de notre corps est éphémère alors mieux vaut se détacher de l'aspect esthétique mais pas fonctionnel.

Beaucoup de personnes ayant un handicap / social / moteur / psychique / mental trouvent des stratégies pour contourner les obstacles que met la société en travers de leur chemin.
Une des stratégie que je trouve le plus efficace est l'humour, mais pour cela il fut avoir la capacité de prendre du recul et ne pas être trop fatigué ect...

Regardez plutôt cette vidéo :



Bref, je rêve d'un jour où notre enveloppe extérieure n'aura plus autant d'importance...

Je souhaite un bel été à tous, n'ayez honte de rien si vous avez la chance d'aller vous baigner !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire