mardi 30 mai 2017

Pourquoi l'anticipation m'a sauvée.



Lorsqu'on est sportif de haut niveau, que l'on est maman ou papa de plusieurs enfants, ou encore que l'on a un travail qui nécessite une collaboration avec plusieurs services…Bref, lorsque l’on a un emploi du temps bien rempli, nous sommes confrontés à la problématique d'organiser  notre temps.

Le temps, une ressource de plus en plus rare à l'heure du tout maintenant, tout de suite, toujours plus vite.

Donc, bien s'organiser relève pour ma part, en tant qu'handi jeune et active, de la survie. Si je veux pouvoir cumuler les casquettes de jeune étudiante, sportive, chargée de mission en alternance, slameuse, et amoureuse, il faut absolument que j'ai une vision claire de ce que je suis en train de faire ou de ce que je prévois de faire.

Le lapin blanc d'Alice au pays des merveilles




C'est une faculté que j'ai développée :

1) en observant ma mère
2) en entrant en internat au Pôle espoir d'Angoulême
3) en devenant autonome après mes 18 ans
4) en partant seule au Pérou
5) en devenant Handi






 

Oui, car être handi demande d'être beaucoup plus organisée que la moyenne. Il est plus difficile, de se laisser voguer au rythme des imprévus. Exemple - pour tous mes amis les citadins qui ne prévoient que peu de choses à l'avance ; j'optimise mes déplacements et mes activités pour éviter trop de fatigue. Donc toi qui me proposes de faire des choses à l'improviste, saches que c'est plus difficile de te répondre "oui" car j'essaye de me préserver en planifiant mes sorties lorsque je peux le faire.
Oui, c'est embêtant mais c'est comme ça... Je pense arriver à mener plusieurs engagements, activités et combats à la fois, grâce à cette méthode.

Bien avant d'entrer à Sciences Po Lille et de m'initier aux méthodes de management, et bien, j'ai déjà expérimenté une certaine "rationalisation et mutualisation des coûts ", en clair : je n'improvise que lorsque mes ressources me le permettent ou que je suis débordée et fatiguée. Ah si, j’improvise aussi lorsqu'il s'agit de mes proches, famille ou très bons amis, voir plus...

Et oui car j'ai beau essayer d'être une personne raisonnable ou «  hommo economicus », je ne m'y limite pas. Pourquoi ? Parce-qu’ heureusement l'humain fait des choix irrationnels qui ne peuvent se prévoir à l'avance !


Alors voici ce que j'ai appris : anticiper prévient beaucoup d'embrouilles et de cafouillages mais vouloir tout contrôler au moyen d'un rétro planning de sa vie n'est pas non plus une bonne chose.
Le temps et la vie sont précieux, il faut donc garder à l'esprit ce qui est essentiel, ce qui compte et ce qui ne compte pas, ce que l'on a envie de réaliser dans sa vie et ce qui est optionnel.
J'essaye de m'appliquer ce genre de réflexion depuis ma méningite qui m'a fait réaliser à quel point le superficiel m'était indifférent.


Alors croquer la vie oui, mais en gardant toute la conscience des valeurs qui nous anime et des objectifs généraux et généreux que l'on souhaite approcher !




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire